Le beau, l’utile, le nécessaire


« Les définitions classiques, ou relativement admises, qui tentent de formuler les différences qui existent entre art et arts décoratifs, art et industrie ou art et marchandise ne tiennent plus. Aucun jeu d’opposition ou de spécification n’est pertinent ; qu’il s’agisse de celui de l’auteur, de la fonctionnalité, de l’utilité, du commanditaire, de l’usage ou des usagers. Il y a là un territoire en train de se redéfinir et de produire des mutations qui ne sont pas encore très visibles mais qui sont à l’oeuvre. L’art en son processus, les arts « utiles » en leur devenir, relèvent aujourd’hui moins de la production d’objets que de l’élaboration de systèmes de vie prenant en compte, l’un comme l’autre, la question du rôle de l’usager et de la fonctionnalité au sens plein du terme. Cette interrogation travaille toute l’histoire récente de l’art ».

En partenariat avec la Chaire de Recherche Création et créativité :
Bibliothèque Royale de Belgique, Bruxelles
Coordination ARBA-EsA Marc Partouche


Carte non disponible

Date / Heure
Date(s) - 01/11/2012
0 h 00 min

Catégories

Archiver l'annonce : iCal

0

Bookmarquez le permalien.

Les commentaires sont clos.