De la sculpture documentaire au film-sculpture. Analyse intermédiale des relations entre le cinéma et la sculpture à l’aune du documentaire et de la reconstitution

La recherche se propose d’analyser les relations entre le cinéma et la sculpture à l’aune
du documentaire et de la reconstitution, avec pour objectifs, d’une part, d’interroger la
notion de sculpture documentaire et, d’autre part, d’approfondir la dimension
syncrétique qui s’opère dans le film-sculpture.

Dans une certaine mesure, la recherche étend la réflexion initiée dans le mémoire de master, intitulé « De la reconstitution en art contemporain : de l’image-archive à la sculpture-document », qui décrypte la reconstitution en tant que pratique artistique, devenue à l’époque contemporaine une forme d’oeuvre d’art à part entière.

Dans ce mémoire, une première partie s’attache au paradigme de la reproduction en art contemporain dont relève le concept de reconstitution, analysant d’un point de vue historique et sémantique les notions connexes de copie, réplique, simulacre, remake, reconstitution historique ou encore reprise de performance. Puis une seconde partie est consacrée au concept de mouvement de déterritorialisation, associé ici au processus de glissement d’un médium à un autre ou à la transposition de l’image-archive dans la réécriture d’une reconstitution, entre appropriation et fictionnalisation. Enfin, le mémoire articule les prémices d’une réflexion sur la reconstitution à l’aune du documentaire, posant la question vis à vis de la sculpture.

Si la recherche de doctorat poursuit ce croisement, au regard de l’approche documentaire et à l’aune de la reconstitution, elle voit sa spécificité dans l’analyse intermédiale entre film et sculpture, s’inscrivant dans une démarche interdisciplinaire relevant autant de la sphère du cinéma que du domaine des arts plastiques.

La sculpture documentaire et le film-sculpture sont ici non seulement envisagés en tant que pratiques artistiques mais aussi comme pensées sur un non-lieu catégoriel, en miroir à mon travail plastique se situant sans doute à cette intersection ; cette recherche étant aussi une réflexion sur la poétique du croisement où sont mises en perspective d’inhabituelles lignes de fuites. Il s’agira donc de cerner la portée de ces concepts, d’interroger s’ils peuvent être associés à d’autres projets artistiques au-delà de ma propre pratique et s’ils ont d’autres perspectives qu’un énoncé terminologique.


Doctorat réalisé avec :

Muriel Andrin (promotrice ULB)
Jean-François Dior (co-promoteur ArBA-EsA)

 Contact : pierre(at)transitscape.net

http://www.transitscape.net

Bookmarquez le permalien.

Les commentaires sont clos.