PRÉSENTATION

Créé en 2012, l’Institut supérieur des arts et des chorégraphies (ISAC) interroge les représentations du corps en formant des artistes et des danseurs en dehors du contexte des compagnies ou des écoles de danse.
Il propose aux étudiants une formation sur cinq ans questionnant les correspondances entre des pratiques chorégraphiques et des pratiques plastiques. Initiative soutenue par la ville de Bruxelles, cette formation trouve forme dans le cadre des parcours pédagogiques de l’Académie Royale des Beaux-arts de Bruxelles.
Se formulant dans un contexte académique diplômant (Bac et Master), l’ISAC est expérimental et organique.

En dehors des cours théoriques dispensés à la grille et des enseignements plastiques, les étudiants suivent des Ateliers de Pratiques Corporelles (APC) hebdomadaires qui offrent une formation physique menée par des professionnels invités. Des artistes, chorégraphes et plasticiens réalisent des sessions de travail de durées variables avec les étudiants (Workshop et Sessions de recherches). Des chercheurs sont invités pour des conférences thématiques. Un encadrement pédagogique spécifique (rendez-vous et studio pédagogiques hebdomadaires) permet aux étudiants de développer leurs recherches et leur apprentissage propre au sein de l’ISAC.

Académie royale des Beaux-Arts, École Supérieure des Arts Ville de Bruxelles

AUDITIONS 2015-16

Créé en 2012 par le département de l’Instruction publique de la Ville de Bruxelles, l'Institut supérieur des arts et des chorégraphies (ISAC) interroge les représentations du corps en formant des artistes et des danseurs en dehors du contexte des compagnies ou des écoles de danse. Il propose aux étudiants une formation sur cinq ans questionnant les correspondances entre des pratiques chorégraphiques et des pratiques plastiques. Se formulant dans un contexte académique diplômant (Bac et Master), l'ISAC est expérimental et organique.
En dehors des cours théoriques dispensés à la grille et des enseignements plastiques, les étudiants suivent des Ateliers de Pratiques Corporelles (APC) hebdomadaires qui offrent une formation physique menée par des professionnels invités. Des artistes, chorégraphes et plasticiens réalisent des sessions de travail de durées variables avec les étudiants (Workshop et Sessions de recherches). Des chercheurs sont invités pour des conférences thématiques. Un encadrement pédagogique spécifique (rendez-vous et studio pédagogiques hebdomadaires) permet aux étudiants de développer leurs recherches et leur apprentissage propre au sein de l'ISAC.

Created in september 2012 by the City of Brussels Public Instruction departement within the ArBA-EsA, the higher institute for the arts and choreography (ISAC), is an organic educationnal platform trainig dancers and artists outside of dance schools and companies to question the body’s representation.

Épreuves d’admission :
Les 10 et 11 septembre 2015
De 10h00 à 17h00

Rendez vous à l’ArBA-Esa
144 rue de Midi
1000 Bruxelles

Modalités :
Tous les étudiants sont tenus de remettre un dossier artistique et une lettre motivant leur intérêt pour la formation. Ils doivent préparer également la présentation d'un travail corporel « live » dont la durée ne saurait excéder 5 minutes. Un atelier de pratique corporelle sera organisé pour les étudiants en Bac comme pour les étudiants en Master. Les étudiants en Master doivent également proposer un projet de recherche adapté à la formation. N.b. : ces éléments sont à remettre le premier jour des épreuves d'admission impérativement.

PROGRAMME 2014-15

Cette année le programme de l’ISAC se structure autour de deux grands moments : Gestes/Pensées et Gestes/Territoires. Il se compose de deux sessions de recherches, de quatre workshops, d’un séminaire courant sur l’année et d’une semaine de recherches doctorales.
 Trois matinées par semaine (en dehors des sessions de recherche ou des workshops dans lesquels le travail corporel est pris en charge), les étudiants suivront les Atelier de pratiques corporelles qui seront menés par des danseurs professionnels, notamment par Hayo David, Julya Sugranyes, Marta Coronado, Marianna del Valle, Michelle Swennen...
Chaque semaine (en dehors des sessions de recherches et des workshops) se dérouleront les rendez-vous pédagogiques (2h pour tous les étudiants) et les studios pédagogiques (2h pour les étudiants en Master).

Rappel :

Les étudiants en Bac sont tenus de participer aux APC, aux Rendez-vous pédagogiques, et obligatoire un workshop au choix) et au séminaire. Leur participation aux sessions de recherches est facultative et repose sur la présentation d’une requête argumentée mais n’est pas source d’évaluation.


Inscrits dans l’atelier Espace urbain, les étudiants en Master sont tenus de suivre les APC, les rendez-vous et les studios pédagogiques, le séminaire, la semaine de recherche doctorale et les sessions de recherches ainsi que les workshops. Ils sont tenus de développer une recherche corporelle personnelle et de rendre un travail écrit sous forme de dossier étayant cette recherche. Dans le cadre du master 2, les étudiants sont tenus de rendre un mémoire de recherche.

WORKSHOP DE FLEUR COURTOIS :
DANSES DE DUEL - ASPECTS PHILOSOPHIQUES, ÉTHOLOGIQUES
ET CINÉMATOGRAPHIQUES.




Du 6 au 10 octobre 2014

Les danses de duel appartiennent au monde humain comme au monde animal. Un sens de la danse chez les animaux introduit dans leurs rapports autre chose que du bio-instinctif rudimentaire : une écologie « non-intentionnelle » mais intelligente de gestes sensuels, tactiles et tactiques qui agencent ce qu’on pourrait appeler de la danse. Une analyse philosophique nous permettra de comprendre que le duel ne se réduit pas àn rapport concurrentiel, il y a dans toute lutte des manières de faire qui échappent à’alternative du perdre et du gagner. C’est sous cet angle que nous visionnerons The Servant de Joseph Losey et La Vénus à la fourrure de Roman Polanski, adaptation du célèbre roman de Sacher Masoch.
Les cinq matinées du workshop seront consacrées à une expérimentation de gestes et de jeux de tension propres au tango argentin. Souvent rapproché du Tai Chi et de la capoeira, le tango renferme une série de pas qui jouent sur le combat et le déséquilibre.
Deux après-midi permettront de lire et de commenter des textes et de visionner les films de Losey et de Polanski afin de construire une réflexion complexe autour de la gestuelle du duel.
 Deux après-midi permettront aux étudiants de développer en groupe de 3 ou 5 une chorégraphie filmée de 5 à 10 minutes.
Le dernier après-midi est consacré à un retour studio et à une discussion collective autour des projets présentés.

Biographie :
Chargée de recherche au Fonds national de Recherche scientifique de Belgique (2010-14), Fleur Courtois expérimente des concepts de la philosophie contemporaine à travers le prisme d’agencements propres à la danse. Elle travaille au Groupe d’études constructivistes du Centre de Philosophie de l’Université libre de Bruxelles, sous la direction d’Isabelle Stengers. Elle est professeur de philosophie à l’Institut National Supérieur des Arts du Spectacle de Bruxelles.

SÉMINAIRE DE DANIEL BLANGA-GUBBAY :
POUR UNE PHILOSOPHIE POLITIQUE DES ARTS



D'octobre 2014 à mai 2015

12 interventions de 2h30 chacune
(premier cours le 15 octobre à 10h30)

À travers l’analyse de la catégorie du possible et la discussion sur des couples de catégories qui aident à définir la manière dont l’art s’ouvre au possible (fiction/réalité; démocratie/forme/matière; déterminée/indéterminée; permis/possible), le cours se structure chaque fois autour d’une question spécifique, en proposant une modalité de recherche entre théorie et pratique.

- Y a t-il un espace ou une seuil entre fiction et réalité? (Foucault, Plotin)
- Le corps comme production de présence (Gumbrecht)
- Quel est la différence entre permis et possible? De la Coordination à la Relation (Bifo, Berardi)
- Espaces, Topographie, Hétérotopies (Koltes, Zizek)
- La consistance de la réalité: qu’est qu’un espace partagé? (Bruno, Guattari)
- Agonisme et Antagonisme : cartographie de la relation (Mouffe, Schmitt)
- Le visage de l’autre: entre témoins et spectateurs (Sartre)
- Ouvertures : Dispossession, Inclination, Antifragilité (Butler, Taleb)
- Qu’est-ce que c’est la violence? (Lévinas, Benjamin)
- Le visible est il le contraire de possible? (Laclau, Focillon)
- La résistance comme forme de production. (Agamben, Laclau)
- Qu’est-ce que le performatif en philosophie politique? (Athanasiou)

Après une mise en place problématique à l’aide de la lecture de textes, chaque intervention sera l’occasion de la présentation d’une proposition artistique appartenant à l’histoire de la performance, puis après une discussion collective, les étudiants se livreront à un travail de recherche corporelle autour de la question abordée.


 Biographie :
Après avoir fait ses études à Venise avec Giorgio Agamben et un Doctorat Européen entre Palermo et Valencia avec un travail sur la possibilité de la définition des gestes en philosophie, Daniel Blanga Gubbay est devenu chercheur à l’Université de Düsseldorf. Il est parmi les fondateurs du think tank, de philosophie politique pour les institutions culturelles, Aleppo (www.aleppo.eu) et il collabore avec plusieurs institutions performatives (Stuk Leuven, Artsadmin Londre, Micromonde Lyon, Festival di Santarcangelo) dans le développement de projets de philosophie politique pour les arts. En 2007 il a créé avec Paola Villani le projet artistique Pathosformel, en présentant installations et performances dans des festivals et galeries comme The Institut for Contemporary Art London, Les Brigittines Bruxelles, Grec Festival Barcelona,Tanzfabrik Berlin, Musée d’Art Moderne Toulon, Clipa Aduma Tel Aviv, Centrale Fies, Hotel Pro Forma Copenhagen.

WORKSHOP DE CHARLOTTE VANDEN EYNDE DANS LE CADRE
DE L’EXPOSITION LA CHALEUR DE L’USURE



Du 21 octobre au 6 novembre 2014

Chorégraphe flamande, Charlotte Vanden Eynde travaillera au Marketen avec les étudiants de l’ISAC. Une présentation publique sera proposée lors du colloque de l’Usure et pendant l’exposition (plus informations à venir)

Biographie :
Charlotte Vanden Eynde est une danseuse, chorégraphe, actrice et artiste vidéo.

En 1999, elle est diplômée de PARTS, l’Institut Bruxellois de danse contemporaine, dirigée par Anne Teresa De Keersmaeker. Depuis 1997, elle crée des chorégraphies et des spectacles originaux, dans lequel le corps d’une manière très visuelle et sensible est central. 
En plus de son travail de chorégraphe, elle a également travaillé dans le théâtre et le cinéma en tant que danseuse et actrice. Depuis 2004, elle fait également des vidéos et des installations, toujours des possibilités visuelles et expressives du corps.
www.charlottevandeneynde.be

SEMAINE DOCTORALE :
VERS UNE BIO-ESTHÉTIQUE?



Du 24 novembre au 5 décembre 2014

En partenariat avec le département philosophie de l’ULB et l’école d’architecture entre le 24 novembre et le 5 décembre. Si les bio-politiques et le biopolitique structurent notre contemporanéité comment s’invente aujourd’hui une bio-esthétique ? 


Invités pressentis (sous réserve et non exhaustif):
- Nicky Clayton, directrice de la chaire d’ornithologie de l’université de Cambridge, Nicky Clayton mèe aussi ces recherches dans le champ chorégraphique, dans une pratique du tango en particulier.
- Anne Teresa de Keersmaker / Isabelle Stengers
- Xavier Leroy : biologiste de formation ce chorégraphe français travaille àartir d’une approche moléculaire de la physicalité.

SESSION DE RECHERCHE :
PHD IN ONE NIGHT
POUR UNE CHORÉGRAPHIE DE L'EMANCIPATION
(AUTOUR DU MAÎTRE IGNORANT DE JACQUES RANCIÈRE)
PAR PEOPLE COMING FROM NOWHERE, AVEC
IVANA MOMČILOVIĆ / MARTA CORONADO / LIZA PENKOVA
ET "SPECIAL GUESTS" NINA DE VROOME, DEJANA SEKULIĆ,
BRICE CANNAVO, XAVIER LOWENTHAL, KOSTA JAKIĆ,
PAULINE FONSNY










Du 8 décembre au 19 décembre 2014

Croyant à la dislocation de la théorie, à la dé-hiérarchisation des lieux de savoir et à l'éducation qui n’est pas le dressage (formation animale), mais un processus actif, le collectif « People coming from nowhere » travaille sur la question de l’émancipation et de l’égalité à travers la mise en question de la représentation. Travaillant depuis plus de 7 ans un peu partout en Europe, le collectif a produit un film dont la projection sera l’acte inaugural de la session de recherche. Pour l’Isac, le travail tout à la fois réflexif et corporel se construira à partir d’un travail sur un corpus de texte de Jacques Rancière (en particulier Le maître Ignorant et Nuit de prolétaires). De la lecture des textes au travail du corps et à son écriture, les étudiants de l’Isac seront amenés à explorer les questions du savoir, ignorance, émancipation, égalité, bonheur , éducation, partage. Cette session s’achèvera par une post-conférence de Jacques Rancière.

Biographies :
Ivana Momcilovic (belgo-yougoslave) explore la relation entre la fiction et l’idéologie, et les mécanismes théâtraux de l’effet de distanciation sur la politique contemporaine, en plus de l’étude de l’œuvre de Jacques Rancière. Elle écrit sous différents pseudonymes pour plusieurs journaux et médias électroniques de l’ex-Yougoslavie , France, Belgique ainsi que dans le supplément littéraire du Novosti, Aktiv-Zagreb.
Fondatrice du collectif artistique Eimigrative art (Belgique, 1992 - aujourd’hui) : axé sur le déplacement de la philosophie et de l’art dans différentes sphères de la vie quotidienne - à travers des recherches sceniques, publications, expositions, formes et partages de sensible en experimentations. Co-fondatrice, avec collectif graphique Škart, de Edition Yugoslavia (Belgrade/Bruxelles, 2009 - aujourd’hui) – une maison d’édition samizdat qui donne la priorité aux écrits d’émancipation et pour laquelle elle fait des traductions d’auteurs comme Alain Badiou, Jacques Rancière et elle réédite des textes surréalistes yougoslaves.

Marta Coronado a étudié la technique du ballet et obtenu un diplôme de danseuse de ballet de l’Escuela Oficial del Gobierno de Danza de Navarra. Elle suit ensuite le programme de deux ans (premier cycle) de danse du PARTS. En 1998, elle devient membre de la compagnie Rosas d’Anne Teresa De Keersmaeker. Pendant la saison 2002, elle obtient un Bessie (récompense new-yorkaise attribuée à des chorégraphes novateurs de danse contemporaine) de la meilleure danseuse à New York. Elle danse et participe à la création des pièces de Rosas pendant plus d’une décennie. Elle co-dirige les projets d’obtention de diplôme du répertoire de Rosas au PARTS. Elle a l’occasion d’enseigner le répertoire de Rosas et les ateliers de composition dans le monde entier. Elle enseigne la technique de ballet aux compagnies Rosas, aux Ballets C. de la B., au Ballet de Marseille, à U et PARTS. De plus, elle enseigne la technique de relâchement lors de festivals comme ImPulsTanz, Charleroi Danses, à la Compagnie Thor, à La Raffinerie, au Conservatoire Supérieur de Madrid et à l’école de théâtre d’Amsterdam. Aujourd’hui, elle fait partie du collectif de danse House of Bertha et continue à enseigner aupres de PARTS/ Rosas.

Liza Penkova est née en 1981 à Leningrad en Union soviétique. En 1993, Liza émigre à Göteborg en Suède avec sa famille. Elle fait ses études au Swedish Ballet School à Göteborg et Stockholm, et poursuit ses études au PARTS à Bruxelles. Elle participe à la Moose Dance Company deStockholm. En 2001, elle représente la Suède avec Johan Thelander (Suédois) à la finale du concours de danse pour jeunes danseurs de l’Eurovision à Covent Garden, à Londres. Peu après, elle rejoint le Ballet de Göteborg. En 2003, Liza rejoint la compagnie Rosas Dance à Bruxelles et elle sera membre à part entière de la compagnie les 10 années suivantes. En 2009, elle devient danseuse freelance. Elle collabore actuellement avec le collectif de danse House of Bertha et développe de nouveaux projets à long terme avec la dramaturge belgo-yougoslave Ivana Momcilovic.

SESSION DE RECHERCHES :
UNE ARCHÉOLOGIE CORPORELLE DES VILLES
AVEC ANNA RISPOLI / RAPHAËL ZARKA




Janvier 2015

Projet européen développé en partenariat avec l’Académie Royale des Beaux-arts de Bruxelles et l’École des Beaux-arts de Nantes.
Cette session vise à mettre en tension une recherche plastique et une recherche chorégraphique autour d’une archéologie urbaine. Il s’agirait de travailler avec des étudiants en master des deux écoles dans deux villes (Nantes et Bruxelles). Il s’agirait d’exhumer des œuvres (matérielles ou non) qui finissent par se fondre dans la trame urbaine, puis de les réactiver. Il s’agirait d’une part de questionner la notion de « reenactment », qui a le vent en poupe dans le contexte muséal mais aussi de travailler les frictions possibles entre le corps urbain et le corps chorégraphique. Si la première étape du travail est menée à Bruxelles, un rendu délocalisé de cette recherche composera l’amorce de la recherche à Nantes par exemple. Dans chaque ville, un conférencier choisi en commun accord avec chacun interviendrait durant la session.

Biographies :
La relation entre les humains et les villes est un élément narratif central dans l’oeuvre d’Anna Rispoli. À travers des pratiques participatives, des performances architecturales et des installations urbaines, elle examine les appropriations potentielles de l’espace public par les citoyens. Elle explore dans son travail les possibilités conceptuelles et les options esthétiques qui existent entre l’espace public et le territoire privé Ses récents projets à Mülheim an der Ruhr, Riga et Hanovre font usage de plans de revitalisation urbaine comme toile de fond pour mettre en place une naumachie contemporaine, des spectacles de lumière domestiques, des monuments éphémères ou des tours de guet de l’état actuel de l’utopie. Anna Rispoli est une artiste italienne installée à Bruxelles.
Elle fait partie du collectif italien d’artistes Zimmer Frei Le collectif a été invité à la 50e Biennale de Venise, à Reaction – 51e Biennale de Venise et à Manifesta 07 à l’invitation du commissaire Adam Budak. En 2008/2009, Anna Rispoli/ZimmerFrei est en résidence au International Curatorial Program Studio de New York.


Diplômé de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris en 2002 après avoir étudié à la Winchester School of Art, Raphaël Zarka vit et travaille aujourd’hui à Paris, et est représenté par la galerie Michel Rein. L’artiste s’intéresse aux formes qu’il duplique en leur donnant un sens nouveau, en photographie, sculpture ou vidéo. Raphaël Zarka collecte, reprend et interprète les formes qu’il croise dans le monde, créant aussi des liens entre ses œuvres.


WORKSHOP ECOUTER LE LIEU SCENIQUE
EN COLLABORATION AVEC LA FACULTÉ D’ARCHITECTURE DE MONS
+ TRANSCULTURES




Du 2 au 6 février 2015 à Mons

Dans le cadre de Mons 2015, la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme ( FA+U ) de l’Université de Mons en collaboration avec Transcultures (Centre interdisciplinaire des cultures numériques et sonores) et l’Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles (, participerons à City Sonic 2015 ( Festival des Arts Sonores : du 10 au 26 septembre). Nous présenterons la synthèse d’un workshop intitulé « Ecouter le lieu scénique, version deux » centré sur le corps, l’espace et le son, et ceci autour d’une réflexion sur le rapport des acteurs aux spectateurs et des nuances entre spectateurs et usagers de la ville. Ce workshop est encadré par un chorégraphe, un artiste sonore et des architectes enseignants.

WORKSHOP :
YVES NOËL GENOD, « CASSER UNE NOIX »



Dates à préciser

« Casser une noix n’a vraiment rien d’un art, aussi personne n’osera rameuter un public pour casser des noix sous ses yeux afin de le distraire. Mais si quelqu’un le fait néanmoins, et qu’il parvienne à des fins, alors c’est qu’il ne s’agit pas simplement de casser des noix. Ou bien il s’agit en effet de cela, mais nous nous apercevons que nous n’avions pas su voir qu’il s’agissait d’un art, à force de le posséder trop bien, et qu’il fallait que ce nouveau casseur de noix survienne pour nous en révéler la vraie nature — l’effet produit étant peut-être même alors plus grand si l’artiste casse un peu moins bien les noix que la majorité d’entre nous. » (Kafka) Dans ce workshop Yves Noël Genod se propose de questionner la frontière entre le corps quotidien et le corps scénique en proposant aux étudiants le défi suivant : 10 jours pour un spectacle. Cette proposition se fait donc dans une urgence assumée.

Biographie :
Comédien, dramaturge et chorégraphe, Yves Noël Genod est né en 1972. Il a travaillé avec des artistes comme Claude Regy, François Tanguy, Gisèle Vienne ou Christian Rizzo.

Contact

contact us

ISAC
INSTITUT SUPÉRIEUR DES ARTS ET DES CHORÉGRAPHIES DE BRUXELLES

144 rue du Midi
1000 Bruxelles
Belgique

Tel.: + 32 2 506 10 10

Enzo Pezzella
Coordinateur artistique
isac@arba-esa.be
enzo.pezzella@arba-esa.be

Léa Gauthier
Coordinatrice pédagogique
l.gauthier@arba-esa.be

 

INSTITUT SUPÉRIEUR DES ARTS
ET DES CHORÉGRAPHIES DE BRUXELLES